Emakina is now part of the epam family
Read the announcement
Select your location
01/04/2006

Blogs francophones : combien de divisions ?

Author: amo@emakina.fr

Le mois dernier, Médiamétrie avait fait sensation en indiquant qu’un internaute français sur dix avait créé un blog. Les fêtes passées, une querelle de chiffres s’engage afin de savoir combien y-a-t’il au juste de blogs en France.

À l’origine de cette course à l’échalote, l’article publié par Le Monde mardi, qui avançait le chiffre de 6 à 7 millions de blogs, soit 10% de la population alors qu’avec 45% d’internautes, on en serait donc plutôt autour de 3 millions. Cela n’a pas échappé à PointBlog, générant une discussion passionnée, qui a rebondit vers la sempiternelle querelle entre blogs et journalisme, ou vers des interprétations sur le taux de pénétration de telle ou telle plateforme.
Peu importe. Les blogs français sont des millions, c’est un fait et d’ailleurs plus personne ne conteste la massification du phénomène. Ce sujet là est dépassé.
Il serait plus intéressant de regarder la pénétration des blogs francophone dans la blogosphère mondiale (pour corroborer le postulat que le français en serait la seconde langue parlée par exemple), mais surtout savoir comment les blogs s’inscrivent comme canal d’information et de discussion, dans la société en général et sur le web en particulier. C’était ça l’intérêt de l’étude Madiamétrie. On attend aussi le genre de tableau que nous sort régulièrement Technorati et il faut observer l’audience des principaux blogs, notamment à l’aune d’événements marquants (voir à ce titre les scores 2005 que Loïc a publié ces derniers jours suite à son podcast de Sarkozy). On doit aussi et surtout s’investir sur un travail de fonds, notamment autour des liens entrants, comme celui fait à la suite du référendum du TCE, ou comme vient de le faire Versac avec les blogs politiques. On mesure d’ailleurs sur ce dernier cas que le nombre est une chose, le maillage en est un autre et l’écart avec le grand frère américain important.
Bref, encore une fois, il serait bon de dépasser le temps des constats et d’entrer un peu plus dans l’analyse et le qualitatif.

gallery image