04/25/2005

"Les blogs" : un monde de blogs au Sénat

Author: amo@emakina.fr

les-blogs-paris-s-1.gifCe n’était pas forcément à lui de le faire et cela a d’ailleurs été critiqué, mais il faut rendre grace à Loic le Meur d’avoir pris l’initiative de ce rendez-vous.
Il y avait du beau monde au Sénat, d’abord sur scène, avec des tables rondes peuplées de ténors, mais aussi dans les allées où j’ai eu le plaisir de croiser certaines des grandes têtes pensantes de l’internet français.


Le premier mérite de cette rencontre était de dépasser nos babillages franco-français pour échanger avec une assemblée très cosmopolite, forte de 22 nationalités venant de bien au-delà du cadre européen (Japon, Chine ou Iran par exemple !). Avec cela, pas de doute, les blogs sont bien un phénomène mondial.
Corollaire : l’usage de l’anglais pour l’intégralité des débats, quitte à froisser notre susceptibilité nationale, revigorée toutefois par l’annonce que le français est maintenant la seconde langue de la blogosphère après l’anglais (Cocorrico !).
Si je résume grossièrement cette manifestation, chacun y est allé de son constat sur le phénomène de masse que constitue les blogs, mais finalement on avec peu de matière sur la compréhension du phénomène en terme sociologique et usages. Fort heureusement on a très peu parlé techno, mais en fin de compte les débats se sont beaucoup portés sur les nouveaux modèles économiques possibles et notamment le positionnement des médias traditionnels.
Car dans le fonds, nous étions quelques uns à avoir l’impression de revivre un petit peu la bulle de la fin du siècle dernier. Beaucoup de théorie affriolantes, beaucoup de modèles très sympa, mais qui laissent un peu les vieux de la vieille sceptique.
Nous étions en effet quelques uns à convenir que le seul véritable changement c’est la masse (cf mon commentaire sur ce billet). Le site perso, les outils de gestion de contenu, les outils coopératifs et tout ce qui revient peu ou prou à ce qui est revisité actuellement n’est pas nouveau, et beaucoup de ces “nouveaux modèles” ont été tentés il y a quelques années. Certes, les blogs et certains outils comme RSS et trackbacks facilitent grandement les choses, mais la seconde jeunesse des Wiki pourrait prêter à sourire.
Est-ce qu’il suffit aux blogs de déferler tel une vague géante, entraînant derrière eux les outils coopératifs traditionnels style Wiki pour que cela marche ? la question attend sa réponse.
Car déferlement il y a.
Je connaissais déjà les chiffres, mais il était bien d’entendre Pierre Bellanger, patron de Skyrock, expliquant que l’objectif initial de Skyblog était d’un millier de blogs et que maintenant qu’il va atteindre les deux millions en moins d’un an à raison de 10 000 par jours, cela bouscule un peu son idée de Skyrock.
Tous les grands qui se sont jetés dans l’aventure vivent à des degrés divers ce changement, en témoigne l’intégration des blogueurs sur certains grands médias US, la possibilités de trackbacker les articles “classiques”, des revues de blogs par agrégateurs ou la mise en vis-à-vis des liens technorati. On a en effet beaucoup parlé, et parfois avec passion, de blogs et journalisme et surtout de comment les médias doivent coexister ou prendre en compte la blogosphère et ses millions de petites fourmis.
C’est peux-être dans ce registre que l’on a entendu les choses les plus intéressantes.
– sur le fait que la séparation entre l’amateur et le professionnel ne se mesurait pas au statut mais à la qualité du propos.
– sur l’intérêt de grands médias à ouvrir des blogs comme des chroniques régulières pour des blogueurs reconnus par ailleurs.
– sur les correspondances entre ce qui se passe dans le domaine des biens culturels et des blogs.
– sur les nouveaux modes de consommation médiathique avec notamment une immense soif d’interaction, mais aussi de critiques.
C’est là que l’on a mesuré combien les réflexions issues du fameux article de Wired “the long tail”, remuent leur petit monde et bousculent un paquet d’idées reçues sur le business.
Il était enfin plaisant d’entendre parle de démocratie via des blogs érigés comme héraults de la liberté d’expression. On a décortiqué le cas du départ de Dan Rather (provoqué par une blogosphère réagissant vertement à ses grosses ficelles journalistiques) et quelques histoires de ce genre pour se convaincre d’un possible rôle régulateur de la blogosphère. Le réseau comme cinquième pouvoir ?
Bref, une brise d’air frais venu des quatre coins de la planète blog directement au coeur de notre Sénat national. Merci encore Loïc. Ce n’est pour autant que le prémice de réflexions qui doivent maintenant se poursuivre. En effet, comme l’ont souligné Joi Ito et Pierre Bellanger, ceux qui ont 18 ans aujourd’hui n’avaient que 10 ans en 1996 et se sont donc construits avec un mobile d’un côté et Internet de l’autre. C’est la vraie première génération électronique et ses pratiques et modes d’interaction nous bousculent déjà. Ce n’est que le début. Il est temps de regarder ce phénomène de près.
Suivre l’impact de cette manifestation sur Technorati :

gallery image